Get Adobe Flash player

Page 184

5États financiers COMPTES CONSOLIDÉS ET ANNEXES 2) et la valeur des capitaux propres du pôle Hôtellerie Économique États-Unis dans les comptes consolidés du Groupe au 1er octobre 2012 (1 556 millions d’euros), augmentée des coûts liés à la réalisation de l’opération (16 millions d’euros). Cette opération a permis au Groupe de réduire son endettement net de 249 millions d’euros. Après sortie des engagements de loyers, actualisés à 7 %, pour 547 millions d’euros, l’impact sur la dette nette retraitée s’établit quant à lui à 796 millions d’euros. A.2. Stratégie de recentrage sur l’hôtellerie Dans le cadre de la stratégie du Groupe communiquée aux marchés financiers courant 2006 et régulièrement réaffirmée depuis 2009, le Groupe a procédé à la cession de participations non stratégiques. Les principales cessions réalisées depuis 2006 sont détaillées dans le tableau ci-dessous : Date Participation Pourcentage de titres cédés Prix de cession Plus ou moins value réalisée * Pourcentage de détention à la clôture

2006 COMPASS GROUPE 30 706 882 actions 95 millions d’euros (4) millions d’euros soit 1,42 % du capital

CARLSON WAGONLIT TRAVEL Totalité de la participation 334 millions d’euros 90 millions d’euros détenue par Accor (50 %) (465 millions de dollars)

CLUB MÉDITERRANÉE 17,50 % du capital 152 millions d’euros (6) millions d’euros 11,43 %

2007 CLUB MÉDITERRANÉE 1 049 719 titres 45 millions d’euros 4 millions d’euros 6 % soit 5,43 % du capital

GO VOYAGES 100 % du capital 281 millions d’euros 204 millions d’euros

RESTAURATION COLLECTIVE Totalité de la participation 135 millions d’euros 16 millions d’euros

-ITALIE détenue par Accor (94,64 %)

2008 RESTAURATION COLLECTIVE Totalité de la participation 114 millions d’euros 32 millions d’euros

-BRÉSIL détenue par Accor (50 %)

2009 CLUB MÉDITERRANÉE 1 162 630 titres 12 millions d’euros (3) millions d’euros soit environ 4 % du capital

2010 EDENRED (ex division Services) Scission des deux entités 2 937 millions 4 044 millions le 2 juillet 2010 d’euros ** d’euros

2011 GROUPE LUCIEN BARRIÈRE (Cf. note 2.A.2.1) 268 millions d’euros 5 millions d’euros

LENÔTRE (Cf. note 2.A.2.3) 41 millions d’euros 23 millions d’euros

* Le calcul des plus ou moins values est arrêté sur la base des valeurs des actifs après éventuelles dépréciations. ** Juste valeur des titres apportés.

A.2.1. Groupe Lucien Barrière – cession de la participation détenue en 2011

Événements 2010

En juin 2010, dans le cadre de sa stratégie de recentrage sur l’hôtellerie, Accor a annoncé son intention de céder la totalité de sa participation de 49 % dans le groupe Lucien Barrière.

Événements 2011

En janvier 2011, Accor a signé un protocole de cession envers Fimalac et Groupe Lucien Barrière. Le protocole prévoyait la cession par Accor de 34 % du capital de Groupe Lucien Barrière à Fimalac pour un montant de 186 millions d’euros et de 15 % à Groupe Lucien Barrière pour un montant de 82 millions d’euros, soit un total de 268 millions d’euros. L’opération de cession a été réalisée le 4 mars 2011 pour un montant de 268 millions d’euros plus 7,35 millions d’euros de dividendes. La société a été entièrement déconsolidée rétroactivement au 1er janvier 2011. Accor ne détient désormais plus aucune participation dans le groupe Lucien Barrière.

A.2.2. Services à bord des trains – cession en 2010 puis 2012

Le 7 juillet 2010, Accor a cédé à Newrest les activités de restauration à bord des trains en France, en Autriche, au Portugal ainsi qu’une partie des activités italiennes de la Compagnie des Wagons-Lits à travers une joint venture détenue à 60 % par Newrest et à 40 % par Accor, dans laquelle Accor n’exerce plus aucune influence notable.

Le 25 mai 2012, les 40 % de participation encore détenus dans la joint-venture ont été cédés à Newrest pour un euro. Le 27 juin 2012, les 17 % de participation encore directement détenus dans la filiale autrichienne ont été cédés à Newrest pour un euro. Les titres ayant été préalablement entièrement provisionnés, aucune plus ou moins-value n’a été constatée dans les comptes (cf. note 17).

L’activité italienne des trains de jour est quant à elle maintenue en activité destinée à être cédée (cf. note 32) compte tenu des perspectives en cours de discussion avec l’entreprise concédante.