Get Adobe Flash player

Page 176

E.6. Valeur recouvrable des immobilisations

En accord avec la norme IAS 36 « Dépréciation d’actifs », l’ensemble des immobilisations corporelles, incorporelles et écarts d’acquisition font l’objet d’un test de dépréciation dès l’apparition d’indices de perte de valeur, et au minimum une fois par an pour les immobilisations suivantes :

a actifs à durée de vie indéfinie (catégorie limitée aux écarts d’acquisitions, marques et droits au bail) ; et

a immobilisations incorporelles en cours.

Indices de perte de valeur

Les indices de perte de valeur sont identiques pour l’ensemble des métiers :

a baisse de 15 % du Chiffre d’affaires à périmètre et change constants ; ou

a baisse de 30 % de l’Excédent brut d’exploitation (EBE) à périmètre, change et refinancement constants.

Unités Génératrices de Trésorerie

Les tests de dépréciation sont réalisés individuellement pour chaque actif sauf lorsqu’un actif ne génère pas d’entrées de trésorerie indépendantes de celles d’autres actifs. Dans ce cas, il est regroupé dans une Unité Génératrice de Trésorerie (UGT) et c’est cette dernière qui est testée.

Dans le secteur de l’hôtellerie, l’ensemble des immobilisations corporelles se rattachant à un hôtel est regroupé pour constituer une UGT. Les tests de dépréciation sont par conséquent réalisés hôtel par hôtel.

Dans le cadre des tests de dépréciation des écarts d’acquisition (ces derniers étant testés par pays), l’UGT comprend, en plus de l’écart d’acquisition, l’ensemble des immobilisations corporelles et incorporelles rattachées à cet écart d’acquisition.

Les autres actifs, et notamment les immobilisations incorporelles, sont testés individuellement.

Méthodes de détermination de la valeur recouvrable

Les tests de dépréciation consistent à comparer la valeur nette comptable de l’actif ou de l’UGT avec sa valeur recouvrable. La valeur recouvrable d’un actif ou d’une UGT est la valeur la plus élevée entre sa juste valeur diminuée des coûts de la vente et sa valeur d’utilité.

Immobilisations corporelles et écarts d’acquisition

La valeur recouvrable de l’ensemble des actifs ou des UGT est approchée via deux méthodes, multiple de l’excédent brut d’exploitation (approche de la juste valeur) et flux futurs de trésorerie actualisés (approche de la valeur d’utilité).

États financiers

COMPTES CONSOLIDÉS ET ANNEXES

5

1. Valeur fondée sur un multiple normatif de l’excédent brut d’exploitation (EBE)

Accor se positionnant sur un marché à forte tendance capitalistique (forte composante immobilière), ce principe de calcul apparaît comme la meilleure méthode de reconstitution de la juste valeur diminuée des coûts de vente et permet d’approcher au mieux la valeur de réalisation d’un actif en cas de mise en vente.

Dans le cadre des tests effectués par établissement hôtelier, cette méthode consiste à calculer l’EBE moyen des deux dernières années de chaque établissement puis à lui appliquer un multiple en fonction du type d’établissement et de sa situation géographique. Les multiples retenus, correspondant à des moyennes de transactions ayant eu lieu sur le marché, se détaillent de la manière suivante :

Segment Multiple

Hôtellerie haut et milieu de gamme 7,5 < x < 10,5 Hôtellerie économique 6,5 < x < 8

Dans le cadre des tests effectués par pays, cette méthode consiste à calculer l’EBE moyen des deux dernières années réalisé dans le pays puis à lui appliquer un multiple en fonction de la situation géographique du pays ainsi qu’un coefficient pays.

En cas d’identification d’une perte de valeur, un test sur les flux futurs de trésorerie est alors réalisé.

2. Valeur fondée sur un test de flux futurs de trésorerie actualisés (notamment écart d’acquisition)

Les projections sont réalisées sur une durée maximale de cinq ans. Le taux retenu pour l’actualisation des flux futurs est le CMPC (coût moyen pondéré du capital) de clôture. Un calcul spécifique prenant en compte les caractéristiques propres à chaque zone a été réalisé. Le taux de croissance à l’infini est, quant à lui, adapté en fonction de l’évolution économique de chacun des pays.

Immobilisations incorporelles hors écarts d’acquisition

La valeur recouvrable d’une immobilisation incorporelle est déterminée selon la méthode des flux futurs de trésorerie actualisés (cf. ci-dessus). L’utilisation de cette méthode s’explique par l’inexistence tant de marché que de transactions comparables.

Évaluation des provisions pour dépréciation

À l’issue de ce test, si cette évaluation met en évidence une provision pour dépréciation à comptabiliser, la provision comptabilisée est égale au minimum des deux provisions calculées respectivement en référence à la juste valeur et à la valeur d’utilité de l’actif ou de l’UGT testé. La dépréciation est constatée dans le poste « Dépréciation d’actifs » (cf. note 1.R.6)

Reprises des provisions pour dépréciation

Conformément à la norme IAS 36 « Dépréciation d’Actifs », les provisions pour dépréciation des écarts d’acquisition sont irréversibles. Les dépréciations se rattachant aux immobilisations incorporelles à durée de vie définie telles que les brevets et les logiciels sont aussi considérées comme irréversibles. Les dépréciations se rattachant aux immobilisations corporelles et aux immobilisations incorporelles à durée de vie indéfinie telles que les marques sont, quant à elles, réversibles dès lors qu’il y a un changement dans les estimations utilisées pour déterminer la valeur recouvrable de l’actif ou de l’UGT.