Get Adobe Flash player

Page 149

Commentaires sur l’exercice

RÉSULTATS DES ACTIVITÉS

2011 2012 670 694 (268) (299) (203) (245) 199 150 (9) (410) -(21) (79) -(4) (38) 396 352 106 19 (155) (269) 11 3 (19) (158) (50) (6) (81) (59) 190 242 504 (195) Ratios financiers De manière générale, les principaux ratios financiers se sont améliorés en 2012 et reflètent ainsi la transformation du Groupe. Dette nette sur fonds propres L’endettement net du Groupe s’établit à 421 millions d’euros par rapport à 226 millions d’euros à fin 2011. Le ratio d’endettement net rapporté aux fonds propres s’établit à 14,1 % au 31 décembre 2012, contre 6 % un an plus tôt. Marge brute d’autofinancement d’exploitation courante/dette nette retraitée Le ratio de marge brute d’autofinancement d’exploitation courante retraitée/dette nette retraitée est calculé en application des ratios utilisés par les principales agences de notation, la dette nette étant retraitée de l’actualisation à 7 % (1) des flux futurs des loyers fixes. Au 31 décembre 2012, ce ratio s’établit à 28,5 % contre 26,0 % pour l’exercice précédent. Une analyse est effectuée dans les comptes consolidés.

Flux financiers

(en millions d’euros)

MBA d’exploitation courante Investissements de maintenance et rénovation Investissements de développement

FREE CASH FLOW RECURRENT

Acquisitions Sofitel Los Angeles Dépôt Sofitel Rio ibis mé ga-marque Produits de cessions d’actifs hôteliers Produits de cessions d’autres actifs Dividendes Augmentation de capital net Variation du besoin en fonds de roulement courant

Variation de pourcentage d’intérêt dans les filiales (rachat des minoritaires italiens et Orbis) Autres Cash Flow des activités non conservées

DIMINUTION/(AUGMENTATION) DE L’ENDETTEMENT NET

La marge brute d’autofinancement s’établit à 694 millions d’euros contre 670 millions d’euros au 31 décembre 2011. Les investissements de développement récurrents s’établissent à 245 millions d’euros en 2012, les investissements de maintenance dans l’hôtellerie s’élèvent à 299 millions d’euros, incluant un impact de 39 millions d’euros liés au projet ibis méga-marque.

En 2012, le cash flow du Groupe a été positivement impacté par les cessions d’actifs hôteliers pour 352 millions d’euros. Inversement, les acquisitions de Mirvac pour 193 millions d’euros et des activités latino-américaines de Grupo Posadas pour 217 millions d’euros associées au paiement d’un dividende exceptionnel pour 114 millions d’euros et à la variation négative de 158 millions d’euros du Besoin en Fonds de Roulement, affectent partiellement la dette du Groupe en 2012 à hauteur de 195 millions d‘euros. Il en résulte un endettement net de 421 millions d’euros au 31 décembre 2012.

Au 31 décembre 2012, Accor dispose de 1,5 milliard de lignes de crédit long terme confirmées non utilisées. Le Groupe a par ailleurs optimisé le coût de sa dette, avec l’émission réussie d’un emprunt obligataire de 600 millions d’euros, à un taux de 2,875 % complétée d’une souche additionnelle de 100 millions d’euros en septembre. Ces 700 millions d’euros serviront au remboursement de 700 millions d’euros de dette obligataire et autres emprunts en 2013, à un taux moyen de 6,14 %, permettant une diminution significative des charges financières.

(1) Taux retenu par l’agence de notation Standard & Poor’s.